Actualités

Baromètre Marché du meuble 2021

Baromètre Marché du meuble 2021

1 - Conjoncture

Sur les 10 premiers mois de l’année, le marché global du meuble progresse de 8,3% par rapport à une année stable comme 2019 et de 13,6% par rapport à 2021, à comparer à la croissance de la consommation totale des ménages qui est de 3,5%.

La cuisine annonce toujours un score de près du double (14%) avec des performances des cuisinistes de plus de 25% sur 10 mois par rapport à 2019.

 

2 – Perspectives : des intentions d’achats au beau fixe malgré un ralentissement ces dernières semaines

Le 6ème vague du Baromètre sur les arbitrages des ménages montre que 44% des ménages ont des projets d’aménagement pour les trois prochains mois alors qu’ils étaient 45% en novembre.

83,4% d’entre eux réaliseront des achats que ce soit pour des travaux, l’achat de mobilier ou décoration contre 80% en novembre. Le mobilier et la décoration sont bien orientés (68,4%).

Institut de la Maison – IPEA / Baromètre IPEA pour SNEC – 1er décembre 2021 p. 2/3

Quand les Français nous indiquent ne pas avoir de projets pour leur maison, c’est avant tout parce qu’ils n’en ont pas besoin (47,5%) mais aussi pour des questions de budget (27,1%).

L’arbitrage budgétaire pour des vacances (2,9% contre 5,3% en août dernier), pour des sorties (2,7% contre 1,7%) ou pour l’achat d’une voiture (0,9% contre 1,1%) reste toujours très faible à ce jour.

 

3 – Modes de vie, plan de travail et rangement

Petit rappel sur les ordres de grandeur des marchés (ventes en France, 2020, en milliards d’euros ttc) :

Gros électroménager 5,3

Petit électroménager 3,7

Cuisine intégrée (meubles seulement) 3,5

Avec 56 millions de « petits électroménager » vendus, la quantité d’appareils chez les Français augmente fortement. Les best sellers des progressions de ventes de l’année 2020/2019 sont les suivants (Gifam) :

Machine à pain + 82 %

Machine à café (grains) + 55 %

Appareils de pâtisserie + 47 %

Robots multifonctions culinaire + 25 %

Friteuse + 25 %

Au regard du nombre et de la taille de ces appareils, vous imaginez bien que le consommateur a, ou aura, des problèmes d’encombrement de son plan de travail ou de ses rangements alors même que la surface des logements se réduit. Une des solutions est de poursuivre la conquête des m² du salon-séjour par des cuisines ouvertes mais cela ne devrait pas suffire… car nos enquêtes consommateurs montrent que les acheteurs récents de cuisine intégrée manquent déjà de place sur le plan de travail !

 

4 – Quelle répartition de volume, et de valeur, entre le meuble et l’électroménager dans une cuisine d’ici à quelques années ?

Rappelons que la démocratisation de la cuisine s’est faite par les industriels du meuble et que l’électroménager a « suivi ». Il y a bien eu des tentatives de développement de réseaux

Institut de la Maison – IPEA / Baromètre IPEA pour SNEC – 1er décembre 2021 p. 3/3

de spécialistes cuisines par des acteurs de l’électroménager dans les années 80 (Bosch par exemple) mais très vite la dynamique du marché s’est faite par les industriels du meuble.

L’évolution des modes de vie, les circuits courts, le frais, le fait maison favorisent l’intégration de nouvelles solutions d’électroménager avec des fonctions bien précises. Nous avons assisté ces dernières années aux développements du four classique puis du micro-onde puis du four vapeur : d’un appareil nous passons à 3 ! Les appareils encastrés augmentent régulièrement même si certains cuisinistes jouent la carte de la pose libre pour le réfrigérateur… A une époque très récente, l’intégration d’une cave à vin était chose rare et maintenant ?

Comme nous pouvons le voir en Allemagne, certaines enseignes commencent à vendre des légumes qui continuent de pousser chez le consommateur dans des appareils spécifiques (LG) pour créer « un potager d’intérieur ». Ces appareils sont volumineux et ne remplacent pas le réfrigérateur, ils s’y rajoutent…

Alors, dans la cuisine de demain et d’après-demain, quelle sera la répartition entre le meuble et l’électroménager en termes de volumes mais aussi de création de valeur ? Ces deux dernières années ont montré une nette augmentation du nombre d’électroménager vendu par cuisine et nous pensons que ce n’est pas fini ! Bien connaître son offre d’électroménager devient central et ne se résumera pas à l’ajout d’appareils une fois la cuisine configurée.

Partager l'article


Booste ton CV Nouveau